Tom Waits - Closing Time


Essentials - Mai 2020

TOM WAITS - Closing Time

Date de sortie : 6 mars 1973

Asylum Records


Un brin d’histoire :


Voilà déjà un certain temps qu’HISS & POP voulait partager avec toi l’un de plus beaux poètes de l’histoire de la musique. Sa voix gutturale, reconnaissable entre 1000 l’a fait traverser à travers une flopée de genres. Né en Californie en 1949, Thomas Alan Waits ouvre sa carrière à l’adolescence en intégrant The Systems, un groupe soul/RnB qualifié de ‘blancs essayant de faire de la musique Motown’. Ce n’est que quelques années plus tard qu’il va s’amouracher de Bob Dylan et plonger ainsi dans la pure musique folk. Il va également se plonger assidûment dans les artistes de la Beat Generation tels que Jack Kerouac, Allen Ginsberg ou encore William S. Burroughs. Il se produira alors dans des petits clubs folks de San Diego, notamment en première partie de Tim Buckley. Il n’a que 24 ans lorsque, tout fraichement arrivé à Los Angeles, il sort l’album que tu tiens entre tes mains. On reconnait d’ailleurs que sa voix - bien qu’avoisinant celle d’un bluesman fumeur de 70 ans - est encore fort jeune comparée à la profondeur à laquelle elle arrivera plus tard. Avec une longue carrière partagée entre la musique (pas moins de 17 albums studio) et le cinéma (37 apparitions dans des films en tous genre), Tom Waits s’est profilé une place au panthéon des grands artistes du genre. Alors installe-toi dans ton plus beau fauteuil de cuir, sers-toi ton meilleur whisky et laisse tes oreilles se faire bercer par les plus belles mélopées d’un grand poète.



Artistes similaires :


Bob Dylan, Donovan, Neil Young, Leonard Cohen, Nick Cave & the Bad Seeds, Van Morrison..


Quelques anecdotes:


- Le morceau qui ouvre l’album, ‘Ol 55’ a été repris par de nombreux artistes, dont les Eagles en 1974 sur leur album ‘On the Border’. Dnas une interview l’année suivante, Tom Waits critiquera cette reprise en la qualifiant d’‘antiseptique’. Il ira encore plus loin dans une interview pour le NME en disant que les Eagles sont ‘aussi chiants que le fait de regarder de la peinture sécher. Leurs disques sont tout juste bons à empêcher votre platine de prendre la poussière’. Rigolo le Tommy.


- ‘I Hope that I don’t Fall in Love with You’ est certainement un des plus beaux morceaux jamais écrits. Il raconte l’histoire d’un échange de regards dans un bar entre un homme et une femme. Il fantasme sur tout ce qu’il pourrait lui dire s’il osait aller lui parler, mais n’ira jamais, faute de courage.


- Sur le magnifique ‘Closing Time’ qui clôt l’album, on entend la trompette de Tony Terran, célèbre trompettiste américain qui fut notamment le side man de Chet Baker. On le retrouve également aux côtés des Beegees, Ray Charles, The Beach Boys, Bob Dylan ou encore dans de nombreuses musiques de films et génériques de séries comme les Simpsons, Mission Impossible ou Grease.


- Lorsqu’il débarque à Los Angeles au début des 70’s, Tom Waits assure une série de concerts au Troubadour, célèbre salle de concert qui a marqué les débuts d’artistes tels que les Red Hot Chili Peppers, Elton John, Joni Mitchell ou encore Carole King. A l’instar des Guns n’ Roses, il y sera repéré par David Geffen, richissime producteur américain qui le signera sur Asylum Records. Parmis les autres artistes signés par Geffen : Bob Dylan, Aerosmith, les Stones Roses ou encore Sonic Youth.


- En 1976, Waits s’installe au célèbre Tropicana Motel, célèbre résidence du West Hollywood où les New York Dolls, les Ramones ou encore Jim Morrisson y ont fait leurs plus belles frasques. Dans son deux pièces, ses visiteurs sont offusqués par le désordre et la saleté dans laquelle l’artiste vit. Le biographe Hoskyns décrira l’appartement comme un ‘pastiche de la pauvreté’. Dans une interview au LA Times, Tom Waits déclarera plus tard que s’il veut chanter la misère et la pauvreté correctement (sujets fétiches et fil rouge de la plupart de ses chansons), il faut s’en imprégner en la vivant. Heureusement que son sujet de prédilection n’est pas le cannibalisme.


- De par la théâtralité de ses représentations scéniques, Tom se fait vite répérer pour le cinéma. Loin d’être un mauvais acteur, on l’a vu notamment dans plusieurs films de Jim Jarmusch (‘Coffee and Cigarettes’, ‘The Dead don’t Die’) mais aussi dans ‘L’Imaginarium du Dr. Parnassus’ de Terry Gilliam. Grand ami de Francis Ford Coppola, on le retrouve également dans ‘Dracula’ en 1992. Pour Coppola, il composera également la bande originale du film musical ‘One from the Heart’ en 1982.


Pour en savoir plus :

http://www.eelstheband.com/

« I don’t like the word ‘poetry,’ and I don’t like poetry readings, and I usually don’t like poets. I would much prefer describing myself and what I do as: I’m kind of a curator, and I’m kind of a night-owl reporter. »

Tom Waits.



  • White Facebook Icon
  • White Instagram Icon
0