Patti Smith - Horses


Essentials - Septembre 2019

PATTI SMITH - Horses

Date de sortie : 13 décembre 1975

Arista Records


Un brin d’histoire :


Pionnière du punk-rock new-yorkais, grande prêtresse de messes live chamaniques, poète et muse de nombreux, Patti Smith a été, est et sera toujours un des piliers de la musique rock féminine, de par son âme et son style. Née en 1946 à Chicago, elle se laisse entraîner dans l’art underground newyorkais en 1967 lorsqu’elle rencontre le photographe Robert Mapplethorpe avec qui elle vivra une relation amoureuse profonde et fiévreuse. Remarquée par Clive Davis (Pink Floyd, Janis Joplin, Bruce Springsteen), elle signe chez Arista en 1975 et sort ‘Horses’, qui deviendra l’un des albums les plus marquants de l’histoire du rock, il fut d’ailleurs élu ‘Deuxième Meilleur Album de l’Année’, juste derrière les ‘Basement Tapes’ de Bob Dylan. S’ensuivra une longue carrière forte de 11 albums studio, agrémentés d’une vingtaine de livres autobiographiques ou recueils de poèmes. Parmis ses succès commerciaux, on notera également l’album ‘Easter’ en 1978 sur lequel figure le titre ‘Because the Night’, coécrit avec Bruce Springsteen et qui tournera en boucle sur les radios du monde entier. Encore active aujourd’hui, Patti Smith a sorti en 2012 l’album ‘Banga’, réelle réussite en son genre où de nombreux invités tels que Tom Verlaine (Television) ou encore Johnny Depp (Pirate, homme aux mains de ciseaux et tenancier d’une grande chocolaterie) font des apparitions remarquées.



Artistes similaires :


Siouxsie & the Banshees, Sonic Youth, The Pretenders, Hole, Pj Harvey, Bob Dylan, Joan Baez, Leonard Cohen, Joni Mitchell.


Quelques anecdotes:


- La célèbre photo de la pochette est une photo prise par Robert Mapplethorpe, alors séparé de Patti Smith, mais gardant une solide amitié avec elle. Elle y porte un simple t-shirt blanc, acheté dans un magasin de l’Armée du Salut de NewYork. Sur la veste qu’elle porte par-dessus son épaule, on peut voir un badge, offert par son ami Allen Lanier, guitariste du groupe Blue Oyster Cult. Cette photo est également célèbre car se démarque des clichés pris généralement à l’époque des femmes chanteuses. Plus unisexe, elle montre déjà la lignée dans laquelle la chanteuse a envie de s’inscrire dans le futur.


- On te parlait un peu plus haut de chamanisme car, fort influencée par l’esprit des 60’s et la contre-culture new-yorkaise, Patti Smith en fait indéniablement preuve. A la manière d’une Janis Joplin, elle se donne à fond sur ‘Horses’ jusqu’à la transcendence, n’hésitant pas à hurler, taper sa poitrine à coups de poing pour s’offrir une voix plus gutturale et sussurer d’autres mots. Et quand elle fait ça en live, on est tous hypnotisés.


- L’album est produit par John Cale, qui n’est autre que le talentueux guitariste, violoniste et co-fondateur de The Velvet Underground. Un choix qu’elle regrette à moitié, disant qu’elle cherchait un pur technicien, pour finalement engager un artiste encore plus maniaque qu’elle. ‘Comme sortir pour acheter une peinture et revenir avec juste un miroir’. En studio, elle décrit cette collaboration comme ‘un orgasme commun’, John Cale la retranchant au plus profond de sa féminité et cherchant en elle toute sa part artistique. Toute une histoire !


- Le morceau ‘Gloria’ qui ouvre l’album est une reprise arrangée du morceau du même nom de Van Morrison. Toutefois, elle n’en garde que la musique et le refrain, n’hésitant pas à changer les paroles des couplets pour un choix moins conventionnel : ‘Jesus died for somebody’s sins but not mine’. De quoi déclarer la couleur punk de l’album en une seule phrase.


- ‘Break it up’ est un morceau dédié à la mémoire de Jim Morrison (oui, Jim, pas Van ce coup-ci). Alors qu’elle visite le cimetière du Père Lachaise à Paris, elle croise la tombe du chanteur et se remémore un rêve dans lequel elle voit Jim Morrison qui est coincé dans une dalle de marbre et tente de s’échapper.


- ‘Elegie’ est enregistrée le 18 septembre 1975, jour du 5ème anniversaire de la mort de Jimi Hendrix. Elle écrit cette chanson pour lui, n’hésitant pas à lui emprunter une phrase qu’il chante dans le morceau ‘1983’ : ‘I think it’s sad, just too bad, that all our friends can’t be with us today’. C’est également une chanson qu’elle décrit comme de plus en plus difficile à chanter avec le temps, tant elle veut la dédier à tous ceux qu’elle admire et qui ont disparu : Janis Joplin, Brian Jones ou encore Allen Lanier (dont on te parlait plus haut), décédé en août 2013.


- De nombreux artistes actuels citent ‘Horses’ comme une de leurs influences principales : Courtney Love dira que c’est l’album qui lui a donné envie de faire de la musique, Michael Stipe (REM) qu’il ‘déchire son corps en lambeaux et le reconstruit dans un autre ordre’, tandis que PJ Harvey le citera comme une inspiration dans les mots, leur articulation et leur honnêteté. Amen.


Pour en savoir plus :

http://www.pattismith.net/

« I never felt oppressed because of my gender. When I’m writing a poem or drawing, I’m not a female; I’m an artist. Patti Smith. »

Patti Smith.



  • White Facebook Icon
  • White Instagram Icon
0