Jamila Woods - Heavn


Août 2020

JAMILA WOODS - Heavn

Date de sortie : 15 Juillet 2016

Jagjaguwar Records


Un brin d’histoire :


Si 2020 était une pizza, elle contiendrait très certainement des ananas. Du coup, pour égayer cette fin d’été, on a trouvé ça cool de t’envoyer un peu de soleil sur un 33 tours.

Notre rayon du mois ? Jamila Woods. De parents afro-américains, Jamila est née en 1989 au bord des grands lacs de Chicago. Elle étudiera à l’Université de Rhode Island où elle excellera dans l’étude des arts dramatiques mais aussi dans l’histoire de l’Afrique. En 2012, alors qu’elle termine ses études à la Brown University, elle crée le groupe Milo & Otis (ou M&O) avec un autre étudiant: Owen Hill.

Ensemble, ils sortiront ‘The Joy’ en 2012 et ‘Almost us en 2014’.


Bien que le groupe soit à ses tout débuts, ils s’offrent un duo d’une classe absolue sur leur premier album avec Chance the Rapper. Jamila collaborera à nouveau avec lui (mais ça, on t’en parle plus bas). 2014 marquera la fin de M&O. S’entourant d’une ribambelle d’invités, Jamila Woods sort en 2016 son premier album, petite merveille que tu tiens entre tes mains de chanceux. Signée chez Jagjaguwar (Bon Iver, Sharon Van Etten, Dinosaur Jr. et... Black Mountain en font partie), elle ne tardera pas à s’attirer les yeux et oreilles de la presse musicale qui vont encenser l’album pour sa diversité et sa qualité d’écriture. En 2019, elle remet le couvert avec ‘Legacy!Legacy!’, un 2ème album plus engagé mais aussi somptueux.


Artistes similaires :


FKA Twigs, Erykah Badu, Sampha, Eartha Kitt, Lauryn Hill, Jill Scott, Angie Stone, Chance the Rapper, Gil Scott-Heron.

Quelques anecdotes:


- Après les décès de Trayvon Martin (2012) et Georges Brown (2014), tous les deux tués par des policiers, le slogan ‘Black Lives Matter’ est né. Repris par de nombreux musiciens et artistes afro-américains, il est un des ‘motto’ de Jamila (oui on va l’appeler par son prénom parce que c’est un peu notre pote maintenant). Très activiste pour la cause noire (et surtout celle des femmes), elle se rappelle un épisode traumatisant de jugement racial, alors qu’elle n’avait que 7 ans. Sur la façade d’une boutique près de chez elle, une fresque était réalisée chaque année pour la St Patrick. Tous les enfants du quartier, majoritairement blancs, venaient y graver leurs initiales et le patron du magasin approuvait. Alors qu’elle s’est risquée au jeu, il a menacé d’appeler la police et lui a demandé de déguerpir. Elle fut profondément marquée par cet événement et c’est la première fois qu’elle se sentit réellement différente. Beaucoup de chansons de ‘HEAVN’ s’articulent autour du racisme et du pouvoir des jeunes femmes noires, comme sur le merveilleux ‘Blk Girl Soldier’ où des phrases choc telles que ‘Look at what they did to my sister/Last century, last week/They make her hate her own skin, treat her like a sin’ montrent bien sa prise de position et ce qu’elle défend.


- En plus de son talent pour la musique, Jamila Woods écrit également de nombreux poèmes et ce, depuis son adolescence. Son recueil ‘The Truth About Dolls’ (2012) fait, ici aussi, la part belle aux droits des femmes et du peuple afro- américain. Certains poèmes sont également compilés dans l’anthologie ‘The Breakbeat Poets: New American Poetry in the Age of Hip-Hop (2015)’. Elle fait également partie d’un collectif appelé ‘Dark Noise Poetry Collective’ aux côtés d’autres poètes aux racines allogènes tels que Fatimah Asghar, Franny Choi ou Danez Smith.

- Sur le morceau ‘Lonely, Lonely’, elle entonne ‘I don’t wanna wait for my life to be over’. Si ces quelques mots te disent quelque chose, c’est parce qu’elle fait allusion au morceau ‘I don’t want to wait’ de Paule Cole qui n’est autre que le générique de ... Dawson’s Creek. Le morceau de Jamila Woods transmet un message fort sur le temps que nous passons dans notre vie à tenter d’être accepté et d’éviter la solitude.

- La pochette est réalisée par Elise Swopes, une photographe afro-américaine, aussi originaire de Chicago. Elle est mondialement connue comme une des premières photographes à avoir connu une gloire monumentale grâce à Instagram, aux balbutiements de l’application, en 2011. Depuis, elle est devenue photographe pour de nombreux artistes, mais aussi pour des marques telles que Uniqlo ou Adobe. Elle donne également des conférences dans le cadre des TEDX.


- On te le disait, Jamila a collaboré avec Chance the Rapper, qui a produit l’album que tu tiens entre tes mains. Alors qu’il est en featuring sur le morceau ‘LSD’ de ‘HEAVN’, Jamila Woods apparait également sur ‘Blessings’, extrait de l’album ‘Colouring Book’ que le rappeur a sorti en 2016. Elle a également posé sa voix sur le morceau ‘White Privilege II’ (2016) de Macklemore & Ryan Lewis sur l’album ‘This Unruly Mess We Made’.

Pour en savoir plus :

http://www.jamila-woods.com/

« HEAVN is protest music that sounds like a children’s playground. Every song here is resilient and steadfast without being angry and militant; almost each tune is a jingle. »

Kris Ex, pitchfork.com, 21 Juillet 2016.



  • White Facebook Icon
  • White Instagram Icon
0