Death Vessel - Island Intervals


Juillet 2020

DEATH VESSEL - Island Intervals

Date de sortie : 25 Février 2014

Sub Pop Records


Un brin d’histoire :


Alors que l’été est à son zénith, que tu ne vois que ‘les braises qui rougeoient et le ciel qui bleuoie’, HISS & POP te propose une virée dans des contrées bien plus froides, au cœur des îles glacées. Bien que les premières notes de Death Vessel nous transportent dans les étendues d’Islande, c’est bien des USA que le groupe est originaire. Créé à Providence (Rhode Island) en 2005, Death Vessel est principalement l’œuvre de Joel Thibodeau (oui oui, c’est bien un homme qui chante). Né à Berlin, il voyagera très tôt aux Etats- Unis pour grandir à Boston et New-York. A l’aide de son frère Alec, il crée en 2003 son premier groupe : String Builder. Celui-ci l’amènera à faire de nombreuses rencontres. Tous les musiciens qu’il côtoiera durant ces quelques années à s’acoquiner avec l’indie underground lui permettront de créer Death Vessel en 2005 et de sortir un premier album, ‘Stay Close’, sur le label anglais ATP Recordings. Un album qui sera acclamé par la critique, surprise par la qualité d’écriture ainsi que la voix soprano, si distinctive de Thibodeau.

En 2006, le groupe signe sur le label de Seattle Sub Pop (Nirvana, Fleet Foxes, Soundgarden, Beach House) et ressort son première album de manière internationale. En 2008 verra le jour ‘Nothing is precious enough for us’, suivi en 2014 de Island Intervals, enregistré en Islande et pour lequel on a mille choses à te raconter ! Installe-toi confortablement, imagine une aurore boréale sous tes yeux et laisse-toi t’échapper...


Artistes similaires :


Sigur Ros, Low Roar, Mùm, Jose Gonzalez, Sin Fang, Bright Eyes, Amiina, Myrra Ros, Asgeir, Bang Gang, Bibio.


Quelques anecdotes:


- ‘Je chante comme une fille, mais toi tu chantes comme un garçon de 10 ans’ lui lance, taquin, Jonsi, leader charismatique de Sigur Ros. Dude sounds like a lady ! On te le disait plus haut, ‘Island Intervals’ a été enregistré à Reykjavik, capitale féérique de l’Islande. Invité par ce dernier pour un trip de 3 mois à Reykjavik en 2011, Thibodeau va y vivre une expérience extraordinaire qui donnera, quelques années plus tard, naissance à l’album que tu tiens entre tes mains. C’est la première fois qu’il confie les rênes d’un album à quelqu’un d’autre qu’à lui-même. Il rencontre Jonsi pour la première fois en 2010 lors de la tournée de son album solo ‘Go’. Il assurera pour lui les premières parties, ils se lieront d’amitié et Jonsi lui proposera d’enregistrer en Islande avec un duo à la clé (‘Ilsa Drown’). En plus du duo, l’album est produit par Alex Somers, compagnon à la vie comme à la scène de Jonsi. Si tu ne le connais pas encore, on te conseille d’écouter avec attention leur projet commun ‘Riceboy Sleeps’.

- Le nom Death Vessel provient d’une période où il écoutait en boucle les morceaux ‘O Death’ (Ralph Stanley), ‘Death is only a dream’ (The Stanley Brothers) ou encore ‘Wall of Death’ de Richard Thompson. Une certaine récurrence, donc. Plus qu’un sens littéral, il trouve dans ce nom une certaine poésie qui décrit bien son univers.


- Le morceau ‘IIlsa Drown’, chanté avec Jonsi, fait référence à un célèbre conte de la mythologie nordique. Il y parle du Windigo, un monstre ancien qui peut prendre n’importe quelle apparence. Une monstre auquel d’autres auteurs ont fait un jour référence, comme Stephen King dans ‘Simetierre’ ou encore Thomas Pynchon dans ‘Mortality and Mercy in Vienna’ en 1959.


- Le batteur qui officie sur l’album n’est autre que Samuli Kosminen, batteur d’un autre groupe islandais bien connu : Mùm.

- Thibodeau déclare s’influencer constamment des bruits de l’environnement qui l’entoure pour écrire ses chansons (les cloches de sa ville natale vont, par exemple, avoir une influence sur son album ‘Stay Close’).

Il est cependant étonné du calme certain qui règne à Reykjavik et qui, selon lui, reflète bien le calme de ce vaste pays. Il déclarera donc que la tendresse et le côté éthéré des chansons proviennent de ce calme planant et, surtout, surprenant.


- La pochette de l’album est réalisée par Alec Thibodeau (son frère, donc), avec qui il a longuement collaboré musicalement par le passé.



Pour en savoir plus :

http://www.deathvessel.com/

« That voice is a real thing of beauty as well, both genderless and oddly ageless, capable of the tone of a child and the feel and experience of a much older man. »

Marc Burrows, drownedinsound.com, 21 Février 2014



  • White Facebook Icon
  • White Instagram Icon
0