Buddy Guy – Bring ’em in


Août 2018

Buddy Guy – Bring ’em in

Date de sortie: 27 septembre 2005

Label: Jive Records

Un brin d’histoire :

Chicago, début du XXème siècle, ses gangsters, ses lacs, mais surtout une poignée de guitaristes talentueux qui vont créer un son à part, un son reconnaissable entre 1000 : le Chicago Blues. Toujours en forme du haut de ses 82 ans, Buddy Guy en est un des principaux représentants.

Avec une carrière riche de 18 albums studio ainsi qu’une flopée de collaborations, compilations et EP’s divers, c’est en 2005 qu’il nous livre la pépite riche en invités et en reprises des ses idoles que tu tiens entre tes mains.

Carlos Santana, Keith Richards (du Muppet Show), Tracy Chapman, Keb’ Mo’, John Mayer et bien d’autres sont à découvrir à ses côtés.

Alors on y est, sors ton cigare et laisse-toi bercer dans les effluves de Buddy !



Artistes similaires :

Muddy Waters, Howlin’ Wolf, Willie Dixon, Chuck Berry, Bo Diddley, Robert Lockwood Jr., Freddie King, Mike Bloomfield.


Quelques anecdotes:

- Bien sûr, on te parle de Chicago mais Buddy Guy (né Georges Guy aka « Georges Mec », ça le fait non ?) est originaire de Louisiane, comme beaucoup de bluesmen. C’est à l’âge de 22 ans qu’il quitte les clubs de jazz des bayous pour rejoindre Chicago où il signera son premier contrat chez Cobra Records, aux côtés d’un autre bluesman bien connu : Magic Sam.


Cobra Records déposant le bilan de la société un an plus tard, il sera repéré dans un club par Willie Dixon qui l’aidera à se faire signer chez Chess Records. Cet accès lui permettra pendant quelques années, au-delà de sa carrière solo, d’être le back guitariste de Muddy Waters, Howlin’ Wolf ou encore Little Walter.


- A l’âge de 13 ans, il fabriquera lui-même sa première guitare avec un morceau de bois et quelques épingles à cheveux. Composée de deux cordes, on est encore loin de ce qui lui servira à produire de l’or en disque quelques années plus tard. Il faudra attendre ses 19 ans pour qu’il puisse s’offrir sa première six cordes, grâce à son salaire en tant que gardien à l’université de Bâton Rouge.


- En 1989, il ouvre à Chicago son propre club de blues, le « Buddy Guy’s Legends », qui verra défiler bon nombre de monuments de la musique, des Rolling Stones à David Bowie. L’ouverture de ce club vient de la promesse faite par Buddy Guy à Muddy Waters en 1983 sur son lit de mort : « Please, keep the blues alive ».

La salle est décorée avec de nombreuses guitares appartenant à l’artiste, mais aussi des costumes, sangles de guitares et objets divers. Bref, un vrai Hard Rock Café rien que pour lui !

Le club existe encore à l’heure actuelle, ouvre tous les jours pour des concerts, et tu peux même y manger (non mais c’est vrai, c’est important). En janvier, tous les ans, Buddy Guy y donne une série de concerts rassemblant bon nombre de ses fans habitués.


- Sa fille n’est autre que la rappeuse Shawna (née Rashawna Guy). Tu ne la connais peut-être pas, mais elle est assez célèbre aux USA, surtout au début des années 2000. Elle a notamment collaboré avec LL Cool J, Method Man & Redman, Ludacris, Kanye West, Timbaland ou encore Mariah Carey. Merci papa !


- Buddy Guy n’en est pas à son premier album comprenant d’impressionnants duos de guitare. En 1991, il sort « Damn right, I’ve got the blues » sur lequel figurent Eric Clapton, Mark Knopfler ou encore Jeff Beck. C’est également cet album et la signature du contrat avec Silvertone Records qui va redonner un coup d’élan à sa carrière musicale, un peu en décadence dans les années 80.


- Buddy Guy a été reconnu également par de nombreuses récompenses, notamment des Grammy Awards (8 au total !), son introduction au Rock n Roll Hall of Fame en 2005, au Louisiana Hall of Fame en 2008 mais surtout à la Maison Blanche où il reçoit en 2003 la Médaille Nationale pour son « extraordinaire contribution à la création, à la croissance et au support des arts ». C’est quand même mieux que ta médaille à la fin d’un stage de piscine !


Prochaine date près de chez toi :

Buddy Guy est en tournée jusqu’à l’hiver 2019 aux USA. Croisons les doigts pour un prochain passage prochain chez nous !


Pour en savoir plus :

www.buddyguy.net


« They say the blues is sad, but when B.B. sings 'I got a sweet little angel, I love the way she spreads her wings,' that don't sound too sad to me! »

Buddy Guy sur Facebook en août 2013.



  • White Facebook Icon
  • White Instagram Icon
0