Arctic Monkeys - Whatever People Say I Am...


ESSENTIALS - Juillet 2020

ARCTIC MONKEYS - Whatever People Say I Am, That's What I Am Not

Date de sortie : 23 Janvier 2006

Domino Recordings


Un brin d’histoire :


Peut-on citer un groupe britannique qui a autant marqué les esprits et évolué ces 20 dernières années que les Arctic Monkeys ? Créé en 2002 à Sheffield, dans le South Yorkshire, le groupe s’articule principalement autour de son charismatique leader, Alex Turner. Véritable proue du rock anglais post 2000’s, il est devenu l’icône de toute une génération. Le groupe, formé par une (très jeune) bande de potes se fera très vite remarquer par la BBC. Lorsque le groupe sort son premier album (la pépite que tu tiens entre tes mains) en 2006, il détient très vite le record de l’album aux ventes les plus rapides de l’histoire avec 363.735 copies vendues la première semaine seulement. S’ensuivront 5 albums, tous avec une teneur en rock n’ roll très différente et montrant une nette évolution et une recherche musicale pour le groupe. Parmi ces quelques pépites, on retiendra notamment ‘AM’, sorti en 2013, qui marque un tournant définitif en enterrant la carte du groupe ‘de jeunots’. Cet album contient plusieurs collaborations avec Josh Homme, leader incontesté des Queens of the Stone Age.

Mais plongeons-nous plutôt dans le fer de lance qui a forgé la carrière d’un des groupes les plus emblématiques de la scène britannique : ‘Whatever people say I am, that’s what I’m not’.



Artistes similaires :


The Kinks, The Clash, The Strokes, The Who, The Jam, The Stooges, The Dansant (ça c’est pour voir si tu suis).

Quelques anecdotes:


- ‘I bet that you look good on the dancefloor’ est le premier single issu de l’album et sort le 17 octobre 2005. Le clip montre une performance live du groupe devant un tout petit public. D’emblée, Turner présente tout le groupe et termine par ‘Don’t believe the hype’ (littéralement ‘ne crois pas le battage médiatique’) avant d’entamer le morceau. Cette phrase (qui est aussi une célèbre chanson de Public Enemy) a été le credo du groupe depuis ses débuts qui préfère se tenir loin des médias et de toute exposition vouée à la propagande pop. Cette video est également un clin d’œil aux Strokes – dont le groupe est très fan – qui a fait un clip similaire pour le titre ‘Last Nite’. Le groupe jouera le morceau lors de la cérémonie d’ouverture des JO de Londres en 2012.

- Fake tales of San Francisco’ fait référence aux débuts du groupe. A l’époque, ils essayaient tellement de ressembler à d’autres groupes (dont les Clash et les Strokes), qu’ils manquaient d’une réelle identité, comme s’ils étaient des ‘fausses versions’ de quelque chose. Ainsi, tous ces groupes un peu ‘cools’ qui se prenaient pour d’autres racontaient aussi des histoires inventées de leurs déboires dans des villes ‘cools’ comme San Francisco.


- When the sun goes down’ est le deuxième single de l’album et, tout comme ‘...dancefloor’, atteindra la première place des charts anglais. Turner y raconte lentement l’histoire d’un homme qui vagabonde dans les rues et qui se fait aborder par une prostituée. Elle-même est surveillée par son maquereau, alias le ‘Scummy Man’ de la chanson.

Le groupe fait référence à ‘Roxanne’ de Police dans la phrase ‘and he told Roxanne to put on her red light’, chanson qui parle aussi d’une rencontre avec une prostituée.

- L’album est enregistré au Chapel Studio par Jim Abbiss. Celui-ci est notamment connu pour avoir travaillé sur ‘Debut’ de Bjork, ‘Protection’ de Massive Attack ou encore ‘19’ et ‘21’ de Adele. - On te le disait, le groupe était très jeune lors de la sortie de l’album. Copains d’école, ils avaient tous presque le même âge, c’est-à-dire 19 ou 20 ans.


- Sur la pochette de l’album, tu peux voir Chris McClure, qui n’était autre qu’un ami du groupe. ‘Bonjour je suis Chris McClure, vous m’avez sûrement déjà vu dans des pochettes telles que...’. Le groupe a rencontré le gaillard alors qu’ils n’avaient que 16 ans, dans le bus après un concert. Le trouvant super cool, ils lui ont proposé de faire partie du crew et d’être roadie pour accorder leurs guitares sur scène. ‘Je n’avais jamais touché une guitare de ma vie, mais j’avais vraiment envie de faire partie d’un gang aussi cool’ raconte-t-il. La photo a été prise dans un bar de Liverpool. Le groupe n’était pas là mais avait confié de l’argent à Chris pour ‘se saouler et faire quelques photos avec un photographe’. Sur le coup de 2 heures du matin, la photo fut prise. Il raconte avoir vomi tous les whisky’s de sa soirée quelques minutes plus tard.

- L’album a reçu de nombreux prix prestigieux ‘Album of the Year’ (NME, Crossbeat Magazine, TIME, Hot Press), ‘Best British Album’ et ‘Best British Group’ (Brit Awards), le prestigieux Barclaycard Music Prize et bien d’autres. Il a également été classé 9ème dans les meilleurs albums de tous les temps par MTV en 2009.

Pour en savoir plus :

http://www.arcticmonkeys.com/

« There’s something about a Gucci loafer kicking on a fuzz pedal. »

Alex Turner.



  • White Facebook Icon
  • White Instagram Icon
0